Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Maria Do Carmo

L'argent est souvent un frein quand il faut entreprendre des rituels de Magie et les tarifs des uns et des autres sont très différents, que ce soit pour telles ou telles raisons valables ou non, et c'est ce que nous allons voir dans cet article pour éclairer les lecteurs et pour la plupart des personnes qui se posent la question. Mais déjà, sachez que la première chose à faire est de vérifier que vous avez bien affaire à un professionnel et non à un amateur qui s'amusera avec vous au lieu d'effectuer un vrai travail… C'est justement ce que fera le praticien professionnel : effectuer des "travaux de Magie". Et comme tout travail qui demande de l'expérience, qui prend du temps et qui implique généralement l'achat de divers éléments pour réaliser les rituels, ce travail se doit d'être rémunéré, tout simplement. D'ailleurs, si vous allez voir d'autres types de professionnels comme des psy., des coachs ou même des médecins, vous les payez d'abord pour leur savoir-faire et pour le temps qu'ils passent avec vous, il n'ont rien à vendre d'autre que promouvoir et vouloir votre bien-être…

Ce premier point acquit, finalement l'on pourrait se dire qu'il est vrai que l'argent déboursé ne sert qu'au travail du praticien pour le rémunérer mais dans les faits d'autres paramètres importants entrent en jeu et j'y reviendrai plus bas. Avant tout, en ce qui concerne les éléments pour réaliser un rituel, ils sont tout aussi divers et variés que pour chaque méthode de travail qui diffère d'un praticien à un autre. Certains sorciers, druides ou mages (chacun aura sa dénomination selon son activité) utilisera un autel, des bougies, des matières premières plus ou moins onéreuses comme des cailloux ou des pierres précieuses, des accessoires tels des couteaux de cérémonie, des récipients spéciaux ou des objets symboliques souvent difficiles à trouver. Ces éléments sont réutilisables ou au contraire ne peuvent servir qu'une seule fois pour un rituel, c'est aussi ce qui implique parfois des coûts importants, notamment sur des rituels complexes qui demandent des ingrédients spécifiques souvent difficiles à trouver dans les commerces habituels…

En ce qui concerne ce qui me semble bien évidemment crucial, c'est l'expérience du praticien et donc j'y reviens. Il est certain que la magie ne s'apprend pas dans les écoles et que l'apprentissage n'est pas systématique puisqu'il faut aussi avoir ce que l'on appelle le Don, lequel n'est pas attribué à tous (ou bien il est possible qu'il ne se révèle pas à tous…). Ce Don lui-même ne sert strictement à rien si l'on décide de ne pas l'exercer, et dans le cas contraire cela revient à prendre un temps infini (pour ne pas dire continuel) à entretenir ce Don à chaque instant, irrémédiablement dans toutes ses actions et pensées. C'est donc une grande charge très lourde à porter pour tous ceux qui ont pris cette difficile décision d'exercer en sachant qu'ils n'auront pas une vie "normale" mais au contraire une existence au service des autres. Cela a donc un coût humain personnel, et cela n'a même pas de prix à évoquer sérieusement tant le bouleversement au quotidien est important à tous les niveaux !

Pour les professionnels qui me lisent, ils sauront aussi apprécier qu'il n'y ait pas que le Don ou l'apprentissage et la Connaissance ésotérique qui soient globalement une charge à porter, il y a aussi le potentiel danger à exercer. Sur ce point presque tout le monde oublie (sauf les intéressés…) que de disposer de facultés et de pouvoirs entraîne de facto des problèmes du même type, à savoir des interactions avec des entités qui vous ciblent, en bien ou en mal… Et par conséquent, pour les "bonnes" entités il y a un impératif besoin de capter leurs conseils ou leurs prérogatives à suivre, et pour les "mauvaises" entités il y a un impératif besoin, voire une urgence continuelle, à s'en protéger efficacement. Cette protection a aussi un coût, tant psychologique pour résister que financier pour disposer des protections nécessaires (par exemple des attributs symboliques adéquats, en d'autres mots des pentacles et autres objets défensifs sur soi ou dans l'espace de travail).

Je pense qu'à ce stade, beaucoup de profanes ne voudront plus envier les praticiens des arts de la magie en pensant que leur vie est simple alors que pour la plupart cela peut se résumer à un enfer quotidien. Mais pour revenir au thème de cet article, c'est-à-dire l'argent dépensé pour un travail de Magie, il faut aussi mettre en lumière non pas l'aspect purement financier qui a été abordé en qualité de dépense pure ou de compensation de temps et de charge, car il y a le plus important et pourtant ce qui n'est pas directement évoqué : l'aspect symbolique et ésotérique du paiement de l'acte.

Les psychologues (et autres psychanalystes ou psychiatres) savent pertinemment qu'il y a un grand bénéfice dans l'acte de payer pour son propre bien, c'est paradoxal puisque l'on a toujours du mal à payer (je ne connais personne qui aime !) mais pourtant il y a un aspect positif en retour une fois que cela est fait, et cela est prouvé. Ceci dit, ce n'est pas le principal intérêt que de s'acquitter d'une dette, il y a un aspect bien moins psychologique et beaucoup plus ésotérique qui nous intéresse ici : la notion de compenser symboliquement par le don du "denier" un acte ésotérique. C'est un peu à l'image du passeur du Styx, pour ceux qui connaissent l'histoire : il faut impérativement faire "don du denier" (d'une pièce en argent à Charon sur la rive du Styx) afin que le passage (à l'acte…) soit effectif, sinon "rien ne se passe". Cette expression est d'ailleurs entrée dans le langage courant mais est lourde de significations hermétiques et cryptées, comme souvent.

L'acte de payer, sur sa face purement symbolique quoi que réelle dans les faits, est donc très important puisqu'il va créditer les travaux de magie en donnant accord pour la réalisation des rituels à suivre. Ce don d'argent est une acceptation volontaire d'intégrer le processus magique et d'en prendre la responsabilité conjointement avec le praticien qui n'est que l'outil, car ici le demandeur reste bien le commanditaire, c'est-à-dire le "donneur d'ordre" et donneur du denier sous la forme du paiement réel. Parfois certains clients n'ont pas bien intégré l'importance de cet acte du "don du denier" vu sous sa forme ésotérique qui l'implique comme la personne qui a agi selon son libre arbitre pour commanditer le rituel. C'est aussi un point à rappeler si nécessaire afin que les travaux "se passent bien", sinon effectivement tout comme Charon rien de bougera…

J'espère que cet article vous aura éclairé sur tous les aspects financiers relatifs aux travaux de Magie et je reste comme d'habitude à votre disposition pour toute demande d'aide qui pourrait requérir l'élaboration d'un rituel spécifique à votre problématique. N'hésitez pas à me contacter très simplement sans engagement pour en discuter au 06.75.79.02.91 (numéro direct et non surtaxé) ou bien via ma page de formulaire de contact ici. A très bientôt et pensez au prix de la liberté, notamment dans votre vie amoureuse, elle n'a pas de prix mais une infinie valeur !

Maria do Carmo

Commenter cet article

Étude Gratuite

Articles récents

Hébergé par Overblog